bandeau.fw

295 - SALÉE LA FACTURE !

C’est pas toi qui irais planquer ton magot dans une île vierge comme un Le Pen ou un vulgaire roi du Maroc. T’es vertueux en diable. On te dit d’économiser l’énergie et t’obéis. Tu changes tes ampoules dévoreuses de kilowatts, tu baisses tes radiateurs, tu laves tes slips aux heures creuses, t’éteints derrière toi, tu laisses aucun appareil en veille… et, à l’arrivée, ta consommation diminue… mais, bizarrement, ta facture EDF augmente. Tu te dis qu’il doit y avoir une entourloupe quelque part.profitez bien lete edf naugmentera pas ses tarifs aout contre a lautomne

T’essaies de décrypter ta facture. Elle a autant de lignes qu’un bulletin scolaire de ton fiston de seconde. Manque plus qu’une appréciation appropriée du principal EDF : « Efforts louables ce trimestre, mais peut mieux faire ».

A première vue 3 grands chapitres : consommation, abonnement, taxes et contributions.

Le plus rigolo c’est qu’en dessous de « consommation », c’est marqué « dont acheminement » … quand tu consommes du courant, encore heureux qu’on te l’achemine. Sympas les mecs. Sinon faudrait aller le chercher à pieds au bourg. Ça commence bien.

Y’a aussi, en avant propos des consommations au bar, des « régularisations tarifaires »… c’est-à-dire des augmentations rétroactives sur 2012 et 2013. À l’époque ils avaient dû louper leurs calculs ou les faire à la main. De plus en plus marrant !

Ton abonnement (car si t’es pas abonné, figure-toi qu’on ne t’achemine rien ) est distillé sur 5 lignes différentes de façon à bien faire travailler tes neurones. Comme c’est assez compliqué à lire, tu vas tout de suite au total et tu piges le début du pot aux roses : depuis août 2011, alors que l’inflation se traînait au ras du plancher, ton abonnement, lui, a augmenté de 22%. T’as beau réduire ta consommation, ton abonnement te rattrapes au collet.

Là dessus arrivent les « taxes et contributions », les lignes vraiment les plus rigolotes du programme distribué à l’entrée de la salle et aussi les plus salées.

T’as d’abord une « taxe sur la Consommation Finale d’Electricité » (TCFE) avec des majuscules pour impressionner le clampin. Oui, Finale. Toi qui ne savais même pas qu’il y avait une consommation initiale ! Personne n’est capable de te dire à quoi elle correspond. Mais tu t’aperçois que cela ne l’a pas empêché d’augmenter de 16% depuis 2011.

Ensuite la deuxième taxe entre en scène. Une « Contribution au Service Public d’Electricité » (CSPE), toujours habillée de majuscules de gala.Toi qui croyais ingénument que tu contribuais déjà à ce service en achetant du courant électrique! Tu te renseignes sur Internet (taxesedf.com) et tu apprends que cette contribution CSPE sert, entre autres, à compenser le coût exorbitant auquel EDF s’est engagé à acheter l’électricité des petits malins qui se sont équipés de photovoltaïques ou d’éolien. En 2011 elle était à 9% du coût de ta consommation. Aujourd’hui elle a aussi grandi à 21,5%. Une actrice qui promet. Tu vas désormais regarder avec jalousie les panneaux photovoltaïques de ton voisin. Mais, attention, cette taxe sert surtout à payer les nouveaux compteurs Linky, le mouchard cancérigène (cf article 208), dont l'installation est annoncée comme "gratuite" afin d'endormir le client. Les 21,5% d'augmentation n'ont pas fini de pousser du compteur.*

L’entrée en scène, et toujours en majuscules, de la troisième taxe, appelée « Contribution Tarifaire d’Acheminement Electricité » (CTA), dans les 50€ par an, te fais hurler de rire, toi qui croyais que tu avais déjà payé une première fois l’acheminement avec ta consommation.

Et pour finir en beauté, tu l'applaudis bien fort, tu vas payer la vedette du spectacle : une TVA à 20%, y compris sur les taxes (une taxe sur les taxes, faut oser !)... Avec quand même un gros cadeau pour te faire plaisir : la taxe sur la CTA est seulement à 5,5 %. De quoi dire merci en laissant tomber ta facture, tellement t’es fatigué d’avoir essayé de la lire. Ils ont juste oublié de te facturer une taxe de séjour, car le courant entre acheminement et distribution, séjourne un peu dans ton compteur.

Et malgré tout ce que fait EDF en se décarcassant pour toi, il paraît que la baraque est au bord de la faillite ? Pas possible !

JK (à suivre)

*Ceux qui veulent en savoir davantage sont conviés au bar restaurant LE CESSONNAIS à Cesson (22) le lundi 18 avril à 20h