bandeau.fw

page de Bretagne

...à périodicité très variable, ouverte le 23 février de l'an de grâces (matinée) 2014
sphinx

PRÉ EN BULLE
Cette page n'est subventionnée par aucune collectivité territoriale,
car nous détestons la littérature de faussaires à la main d'organismes bidons ( Offices, fausses assos, EPCC...), instrumentalisés en sous main par des élus.
Quand, par le passé, les gouvernants, ou leurs porte-plumes serviles, se sont occupés de régenter art ou littérature, on a aussitôt
pu constater la régression mentale.


(avec la complicité de Léonor Fini, ici à droite)

Le mot "Bretagne" de ce titre n'implique aucune allégeance à un quelconque communautarisme, autonomisme ou indépendantisme. Il situe juste le lieu de la culture (et parfois de la langue) d'où nous écrivons. Notre regard essaie de porter plus loin que les Régions, les États, les continents... ou les galaxies, car nos territoires sont avant tout imaginés.

Vous avez de bonnes griffes, vous aimez la couleur, vous aimez ouvrir votre gueule, vous détestez la censure
...cette page est à vous
Si votre contribution ou réaction est retenue par le "comité éditorial tricéphale" *, à humeur bien tempérée, votre signature (ou pseudo) y figurera. Les réactions  parvenant à l'adresse du site seront toutes publiées.
* à savoir : Régine Mary (Iso), Gilles Knopp (Knoppy) et Jean Kergrist (JK)

Pour un formatage américain à réactivité immédiate, il faudra vous adresser au logiciel Wordpress. Ici on prend le temps des relations humaines et des labyrinthes rigolos des fêtes foraines. On s'en fout totalement du nombre de zamis sur fesse-bouc.

On n'est pas à un jour près, ni à un mois.
On prend le temps, avant d'écrire, de tourner 7 fois la plume dans l'encrier des sentiments. On amène ses crayons de couleur, on s'écoute, o
n se cause et on se contredit courtoisement. Pour vos plaidoyers en faveurs du Front National, du pâté Hénaff, de la Légion étrangère, de l'Institut de Locarn, ou de l'agriculture productiviste, adressez plutôt vos textes à Minute ou à La France Agricole.

Depuis fin février 2014, sur cette page, déjà près de 400 articles (tous en ligne). Pour faciliter leur repérage, ils sont numérotés. Le moteur de recherche interne vous permet de trouver les thèmes abordés ou les personnes citées.

Marquez cette page dans vos onglets de favoris et merci de la signaler à vos amis et proches.
Pour publication ou commentaire, rendez-vous à la page contact du site. Textes et commentaires (sans injures ni diffamation) pas trop longs si possible.
Aucune censure : ils seront publiés intégralement.

278 - LOBBY TUEUR

avionVous aurez beau vous planquer en voyant passer l’épandeur dans le champ d’à côté, rien n’y fera : les pesticides vous rattraperont dans l’eau, dans l’air, dans la bouffe. À l’arrivée vos gosses seront les premiers à en prendre plein la tronche : malformations, autistes, avortements à en faire jubiler notre chroniqueur Knoppy, qui n’aura même plus besoin d’attendre le moustique zika pour titiller sa fibre antinataliste.

À voir une des 6 grosses firmes industrielles dites de « protection des plantes » (appellation croquignolesque destinée à faire passer le poison) régaler nos sénateurs français dans un resto chic, on imagine que la fin de l’empoisonnement n’est pas pour demain et que le sénateur Placé (ex vert) se planque sous la table en fermant sa gueule pour obtenir bientôt son hochet de ministre.atrazine

À voir le faux jeton de Le Foll jouer la transparence sur des chiffres que son ministère s’emploie à dissimuler en invoquant la diminution future -de 50%- du tonnage des pesticides à l’horizon 2015, on rigole franchement, car les pollueurs milliardaires ont déjà prévu la parade : le tonnage ne signifie plus rien, quand il suffit d'augmenter la concentration toxique en flèche.

La grande carte déployée sous les pieds du ministre, faire valoir récurrent de la FNSEA, nous montre que le Finistère dispute au Bordelais la palme de l’arrosage toxique. À se dégoûter des grands crus autant que des artichauts et choux-fleurs, tous chargés à bloc !

C’était mardi soir sur Antenne 2 dans Cash investigation. On n’a pas fini d’en causer au pays des victimes de Triskalia.

JK.

 

 

 

277 - 2017 COMME SI

2017, comme si vous y étiez

Depuis des semaines, Jean Kergrist me tanne et me supplie de reprendre mon clavier ou mes pinceaux, soi-disant que le site est à sec. C'est l'inconvénient de travailler avec des bénévoles, en général, ces gens ne sont pas sérieux. Le labeur exécuté à titre gracieux est une gangrène. Au moins, un salarié, quand on lui donne une consigne ou un ordre, il ferme sa gueule, il obtempère et s'exécute, sinon, c'est la porte ! Mais un bénévole ! Pensez donc ! Non seulement la plupart du temps c'est un oisif, puisque, s'il a autant disponibilité et de temps libre, c'est qu'il n'est ni actif ni fatigué, mais souvent c'est un grincheux, voire un vindicatif. Sous prétexte que son action correspond à des idéaux supérieurs, il pense avoir le droit de donner son avis sur une foultitude de sujets, se permet des suggestions qui ont valeur de principes fondamentaux et s'exonère des contraintes hiérarchiques.

Je déteste le bénévolat ! Pour un chef, c'est rapidement ingérable. Obligé de s'abaisser à des câlineries hypocrites, à des promesses mirobolantes, à des reconnaissances de compétences là ou il n'y a que prétentieuse vacuité. Quelle déchéance !

Non ! Pour que la société de type « libéral » dans laquelle nous vivons fonctionne, il faut un état policier, des bas salaires, des avantages sociaux réduits comme peau de chagrin, de la précarité, de la flexibilité, de l'endettement et un fort taux de chômage. Heureusement, notre gouvernement s'y emploie à merveille.

Pourtant, le risque de voir toute cette courageuse politique s'effondrer est réel.

Amis de la... Démocratie (ha-ha-ha-ha-ha...), ça ne vous aura pas échappé, une échéance électorale majeure est proche, toute proche. À longueur de média, l'on nous rebat les oreilles avec la Présidentielle de l'an prochain. À tel point que, alors que 2016 est une année bissextile, on dirait qu'elle compterait pour du beurre... Bissextile ! Deux fois six... C'est pourtant joli comme mot... Jean Kergrist nous rapporte d'ailleurs l'anecdote suivante : quand il était jeune séminariste, il souffrait de dyslexie. Ses dictées latines étaient truffées de fautes et de contresens et il a fallu toute la patiente attention particulière d'un chapelain à l'intransigeante fermeté pour qu'il comprenne enfin la différence entre sexus et sextus.

Mais revenons à 2017, puisque c'est écrit en titre.

Au delà des primaires à la mode américaine (dont on se bat la burne) pour lesquelles les candidats vont dépenser des millions d'euros dans le seul but de se faire mousser auprès du votant internaute, après cinq ans de la droite à Nico et bientôt quatre de la fausse gauche à Fanfan (car, qu'a-t-il fait qui soit « de gauche », à part le mariage des gouinasses et des pédés, de nos gais amis ?), le risque majeur, c'est bien évidemment que l'électeur las et blasé ne vote pour un extrémisme.

Et le plus dangereux de tous, ce n'est pas celui de Marine et Marion, non-non-non, trois fois non !c'est celui de... Gérard !

Gérard Charollois, l'incarnation, le tenant et l'aboutissant de « l'écologie radicale » !

http://ecologie-radicale.org/.charollois

Charollois ! Un nom qui répand la terreur !

Un ayatollah du bio (même si les dirigeants iraniens sont redevenus fréquentables et commercialement attractifs), un djihadiste vert, un terroriste environnemental, un jusqu'au-boutiste de la cause animale et même... un végétarien ! Horreur et putréfaction ! Avec un dictateur de sa trempe à l'Elysée, c'est le glas des gaveurs d'oies, des éleveurs de volailles en batterie et des bonnets roses, ces sympathiques cochonniers subventionnés mais larmoyants.

Fuyez, bouchers halals, poudrez-vous d'escampette, charcutiers cachères, déguerpissez, chasseurs et tauromachistes ! C'en est fait de vous, de vos valeurs et de vos traditions, car voilà Gérard !

Bon. Le plus compliqué quand même, au départ, pour Gérard, c'est de recueillir ses 500 signatures d'élus du peuple. Trouver 500 crétins qui oseraient se mouiller pour le soutenir, c'est pas gagné d'avance, ça relève de la gageure. Ils vont s'en mettre des lobbys sur le dos, les inconscients qui vont le parapher...

En plus, Gérard, il n'a ni l'arrivisme débridé de Jean-Vincent, ni le carnet d'adresses de Cécile, ni les moustaches de José, ni le charisme puissant de ... (ah merde, comment s'appelle-t-elle déjà ?), Cosse, (oui,... merci !), Emmanuelle...

Il n'a rien !

Charollois déjà ! Un patronyme qui fleure la bouse et le terroir profond ! Gérard, ensuite : un prénom très marqué d'un point de vue générationnel et qui sent le populo...

Tout ça ne serait rien s'il n'y avait chez lui, en plus, ce dogmatisme inflexible !

Mais après tout, peut-être est-ce de cela que la France a besoin pour qu'elle illumine enfin le monde du phare de sa pensée avant-gardiste et révolutionnaire...

Enfin, bon... Moi, c'que j'en dis, hein...

Bref ! En 2017, votez Gérard ou ne votez pas !

bibiche

Knoppy

 

COMMENTAIRES

-Mon cher Knopp, vous craignez que l'on vote aux extrêmes  ? ! ! ! Mais non, rassurez-vous, pour renforcer la mondialisation heureuse, il faut de l'ordre c'est tout. Laissons faire les modérés ils sont si raisonnables. En tant qu'esclave écriturière employée bénévolement par notre supérieur commun, je pense à le bien connaitre en tant qu'écolo, qu'il s' inspire d'ailleurs du modèle allemand. Modèle qui tourne rond comme une horloge électronique, comme on l'entend à toute heure à la radio. Prenez des  bénévoles migrant par exemple, accueillez-les à bras ouverts et faites-les travailler pour un euro de l'heure, ils seront déjà bien contents d'être vivants. Accordez-leur une bonne aide sociale de 330€/mois  en moyenne, pour vivre c'est bien suffisant. Parmi eux, une bonne partie est déjà formée, c'est tout bénef pour le pays. N'allez quand même pas leur payer des études, quand on a échappé à la guerre, à la famine, au naufrage, aux pirates, aux passeurs, on croque la vie à pleines dents, on est très malléable, et pour la remercier la vie, en plus on fait des enfants ! Et on vit avec trois fois rien.  L'allemagne est vieillissante c'est bien là son moindre défaut, au moins, elle parie sur le renouveau. Prenez une jolie classe moyenne bien d'accord avec le procédé, elle trouvera de la main d'oeuvre à bon compte, et s'enrichira en soutenant Angela ! Et comme les bons comptes font les bons amis,  généralisez la méthode à toute l'Europe et en avant, c'est parti. La méthode s'inspire de celle de la Dame de Fer ! Bon, si pour finir il y a trop de candidats, transformez la Grèce en gigantesque camp de concentration. Elle deviendra une réserve de bénévoles et voilà ... Il faut de la modération !

On peut quand même faire preuve d'un bon état d'esprit, au service du capitalisme sans aller dans les extrêmes  MERDE c'est sûr !  Et comme chacun sait, en plus, le marché régule parfaitement toutes les lois naturelles depuis la création. Il n'y a rien de radical dans cette affirmation. C'est scientifique.  L'Allemagne soutient une écologie modérée et bien, ça marche parce qu'elle le fait avec finesse ! Mais si ! C'est formidable et la pratique individuelle de la simplicité volontaire est en train d'apparaître partout, vous voyez bien... L'écologie rentre dans les têtes des plus faibles, et avec la soupe populaire, germe la solidarité. C'est pas compliqué, vu qu'il faut choisir partout, entre manger et se loger, ou manger et se chauffer ou manger et payer ses impôts... ! Nous sommes de plus en plus nombreux à pratiquer la simplicité volontaire sans savoir que c'est écolo ! Quel tour de force ! Je dis bravo, à tous les hommes au pouvoir qui crient à l'impératif du retour de la croissance ! Ils sont trop forts ...
Et eux au moins, ils ne seront jamais traités de lanceurs d'alerte ou d'extrémistes !
Ah oui j'oubliais, en plus c'est génial, si on va vers la fin du salariat. On est tellement maltraité de nos jours. J'entends patrons, employés, ouvriers ... Enfin, qui n'a pas connu le chômage où un plan de licenciement, où une ou plusieurs faillites ! ?  Alors je me disais, tous bénévoles sauf quelques uns, qu'est ce qu'on va être bien ! Iso

-Meuh-meuh-meuh non-non-non, je crains pô du tout le radicalisme écologique, bien au contraire !
D'ailleurs la dernière phrase est on ne peut plus explicite, hein !
"Votez Gérard ou ne votez pas !"
 Non à la modération : Vivent les radicaux libres et vive l'Anarchie !
Greu-greu ! Knoppy

-Bah voui mon canard ! fallait bien que je t'asticottttte
Ou votez pas,
Eh j'ai entendu que d'après les statistiques, c'est en Italie qu'on fait le moins d'enfants ! Comme quoi
manger des pâtes ...
J'emmerde les statistiques aussi
Pour le moment je suis radicalement libre, je fais ce que je veux. Iso

-Pour la surpopulation de chiards, heureusement qu'arrive le virus Zika !
J'vais p'têt faire mon prochain papier là-d'ssus d'ailleurs...
Irf-irf ! Knoppy

 

 

276 - LA CHAMBRE ROUGE de l'hôtel Sacher

À lire acheter les yeux fermés

sachernormal

pour lire quelques pages et commander (13€) :

http://www.jacquesflamenteditions.com/215-la-chambre-rouge-de-lhotel-sacher/

 « Elle était une femme de mots, je serais sa fille de silence. »
Teresa Stern était une étoile.
Adulée, flamboyante, elle a brillé sur la scène de tous les théâtres du monde et voué sa vie à son rêve de gloire.
Mais comment être la fille de cette femme-là ? Comment exister dans son ombre ?
De la Mala Strana de Prague où vécut sa mère enfant, jusqu’aux landes girondines où elle connut elle-même l’amour et l’abandon, la narratrice cherche et se souvient.
Et les gémissements des grands pins landais consumés par les vents de terre se mêlent au doux clapot de la Vltava, emportée vers son destin de mer…

 

Mi-Bordelaise, mi-Slovaque, Marie Pontacq a été professeur de Lettres avant de partir pour l’Inde où elle a vécu dix ans, créant avec son compagnon une librairie toujours en activité près de Pondichéry, Freeland Bookshop.
Installée aujourd’hui en Bretagne, elle travaille dans la traduction littéraire.

L'hôtel Sacher est un palace viennois situé à proximité de l'opéra national. Construit à l'emplacement où deux siècles auparavant a vécu Vivaldi, il est fondé en 1876 par Eduard Sacher comme maison meublée. Sa veuve Anna Sacher en fit l'un des hôtels les plus raffinés du monde, rendez-vous de l'aristocratie et des diplomates.

 

 

275 - CROQU'EN BERNE !

esperancevie

Il y a encore une huitaine de jours, les stats me gratifiaient magnanimement d’une espérance de vie de 79,3 années.

Patatras, en début de semaine, les statistiques 2015 sont tombées : plus que 78,9 KO d’espérance à mon disque dur avant la fin de mon contrat à durée déterminée ! (85 ans pour les veinardes de femmes). Du jamais vu !

Sans doute un coup du patronat ou de Macron voulant tout contrôler !

Alors que, depuis 50 ans, on grignotait une petite moyenne de 3 mois de sursis chaque année sur notre congé sans solde, voilà que la régression s’invite du côté des corbillards.

Et les spécialistes de spéculer sur les causes... de la grippe à la natalité en passant par les caprices de la météo.

L’agronome Claude Aubert nous l’avait pourtant prédit dès 2006 ( « L’espérance de vie, la fin des illusions ») : la génération née pendant les 30 glorieuses, celle qui commence à nourrir les croquemorts, « a pris de plein fouet la pollution et l’industrialisation de l’alimentation ». Cette régression s’annoncerait donc durable. On verra l'an prochain !

Un bonne bière pour se remettre de ce mauvais chiffre !

JK

 

274 - BONNETS ROSES et COLS BLANCS

 J'étais jeudi à Plérin, dans la salle de réunion de la maison de l'agriculture, parmi les bonnets roses.

Le regroupement parti de la base, des producteurs de porcs laminés par la baisse des cours depuis des semaines. J'étais parmi ceux avec qui j'ai grandi. J'étais parmi des hommes et des femmes trahis par des représentants qui les ont abandonnés depuis longtemps, bons serviteurs des intérêts de la grande industrie. Humiliée par le mépris du Président de la COOPERL venu sans complexes vendre sa meilleure soupe, pareil pour le représentant du CRP le comité régional porcin ... Humiliée par le représentant d'UNICOPA qui n'avait d'autre discours que " Tout ça c'est de la faute des écolos " et " L'avenir c'est la Chine ". Humiliée par le représentant de la FNSEA qui s'était couché tard la veille, le pauvre, pour assister à Paris, aux voeux de Ségolène Royal et toper un représentant du ministère sur les dernières normes d'épandage. Alors qu'elles sont validées par Xavier BEULIN copain comme cochon avec les rentiers de la certification. La normalisation est une véritable industrie. Il faut l'alimenter. Nous sommes en bureaucratie, il faut lui fournir du boulot. Industries et certificateurs sont complémentaires, ils se nourrissent des nouvelles règles qui leur profitent, en contrepartie des suicides, du surendettement et des plans de licenciements ... Alors, tant qu'on les laisse faire. Personne n'a osé évoquer à qui profite le crime, je n'ai pas entendu parler de SOFIPROTEOL du groupe AVRIL de TERRENA ou TRISKALIA des banques associées ou des assurances etc ... Peut être que c'était pas le lieu ou pas l'heure ou l'endroit ?plerin rose

 Nous étions là en tout cas, dans un monde à deux vitesses. Dans deux réalités d'où personne ne pouvait s'extraire. Un monde d'hommes en cravate, formatés au discours de la grande industrie. Serviteurs des pieuvres à l'appétit immodéré qui osent encore porter le nom de coopérative sans avoir honte. Leurs arguments étaient tellement hors sol, que c'était à se demander s'ils n'avaient pas subi un lavage de cerveau. Quand les pieds ne touchent plus par terre, de toute façon les raisonnements sonnent faux. En même temps, à les voir, on les sentait à mille lieux des réalités du terrain et leur impuissance et leur faiblesse étaient palpables, au point qu'elles les rendaient tout simplement humains. Ils étaient les minuscules rouages de l'énorme machine. Ils jouaient leur rôle comme au théâtre, mais au fond d'eux, y croyaient-ils encore eux mêmes ? On aurait dit d'un côté, un monde d'officiers rapportant les discours de leurs généraux. Ils étaient bien installés en haut de la colline, observant la bataille à la longue vue, leur solde confortable versée à bonne date. Leur uniforme était de qualité. Leurs bottes bien cirées. Leur retraite en cours de calculs très favorables, avec de jolies médailles à la clef pour faits d'armes et bravoure, et surtout pour avoir dit AMEN à chaque réduction d'effectif décidée par filière, entre eux, au nom de la fatalité. Rien d'autre que les représentants de commerce des structures, coopératives industrielles, syndicats patronaux, grande distribution et structures administratives et politiques.

En face, il y avait les bons soldats de la France Agricole, qui avaient respecté depuis des décennies les plans de bataille à la lettre, avec une confiance aveugle, et une obéissance incroyablement exemplaire. En même temps, on avait en tête les noms parus dans les obsèques de ceux qui étaient tombés pour la gloire. Ceux qui étaient là n'avaient même plus de quoi se payer un casque, ils portaient un bonnet rose. Et puis, il y avait leurs femmes, et leurs filles. Ils étaient 10 millions en 1945, quand ils faisaient la fierté du pays. 10 millions disparus. Ils seraient aujourd'hui au bas mot 500 000 paysans actifs dans nos campagnes désertées, pour nourrir des banlieues surpeuplées. Hier, ils étaient un millier regroupé à Plérin. Ils parlaient juste. Ils disaient vrai. Ils disaient " Ayez au moins la dignité de partir, vous incarnez l'immobilisme et l'échec de la profession ... " Du côté des soldats, les prises de parole étaient tellement sincères que tous les yeux brillaient. La parole était désespérée pour certains. Je me sentais des leurs. On aurait pu voir les choses autrement et voir d'un côté, les prisonniers et de l'autre les gardiens de prisons, sachant qu'on se posait tous une question : lesquels ont-ils le plus besoin des autres ?

cochonsrosesJ'étais au coeur d'une rencontre d'humanité qui ressemblait à une explosion. L'analyse de la situation était d'une complexité inextricable et la réalité limpide : " Si le cours ne remonte pas on crève. On met tous la clef sous la porte. De toute façon vous nous avez menottés. Vous nous avez menti. On n'est plus libre de rien. Mais aujourd'hui une chose est sûre on a tous intérêt à rester groupés, fini les quarante groupements qui nous divisaient pour le bien du marché. Si on n'en fait plus qu'un, on sera plus solide ". Un homme courageux à un moment a pris le micro " J'ai pas dormi de la nuit pour vous dire ceci. Ici on a quasiment tous connu des catastrophes sanitaires, des suicides, des pépins de santé, des divorces, quand y a des dettes on se prend la tête et les enfants trinquent. Ceux qui sont ici et travaillent à deux, ils se regardent le soir les yeux dans les yeux en se demandant lequel de leur poste va sauter en premier, comment ils vont vivre et s'en remettre après " Ici en démarrant, on a cru s'engager à nourrir la population. On nous a trompés, c'est au marché qu'on a donné à bouffer. Et vous n'êtes même pas capables d'exiger une étiquette viande française au cas où la population, démocratiquement, voudrait encore reconnaître qu'elle vote à chaque fois qu'elle mange et qu'elle peut nous aider en achetant nos produits "...

 Les discussions auraient pu durer des heures. On était au coeur de la crise de la marchandise où les producteurs sont vampirisés, et les consommateurs pas informés. On était tous DEDANS mais tous CONTRE et personne n'était dupe, c'était une avancée. Plus personne ne voulait jouer son rôle sagement. Il y avait des milliers de choses à faire. Oui, mais par où commencer ?

Je suis rentrée chez moi les larmes aux yeux, en me disant, nos agriculteurs, nos artisans et nos petits commerçants sont les derniers indiens. Sans eux, mon pays ne ressemblera plus à rien, à rien qu' à une succursale du folklore américain. On ne peut pas les regarder partir sans rien faire, on va trouver des solutions pour leur donner un coup de main. SEF je pensais que leur slogan était bien trouvé SEF Sauvons l'Elevage Français Oui, mais par où commencer ?

J'oubliais que j'étais à cause de tous ces mensonges devenue quasiment végétarienne, et que je défendais le BIO ... J'oubliais mes propres contradictions.

Iso