bandeau.fw

page de Bretagne

...à périodicité très variable, ouverte le 23 février de l'an de grâces (matinée) 2014
sphinx

PRÉ EN BULLE
Cette page n'est subventionnée par aucune collectivité territoriale,
car nous détestons la littérature de faussaires à la main d'organismes bidons ( Offices, fausses assos, EPCC...), instrumentalisés en sous main par des élus.
Quand, par le passé, les gouvernants, ou leurs porte-plumes serviles, se sont occupés de régenter art ou littérature, on a aussitôt
pu constater la régression mentale.


(avec la complicité de Léonor Fini, ici à droite)

Le mot "Bretagne" de ce titre n'implique aucune allégeance à un quelconque communautarisme, autonomisme ou indépendantisme. Il situe juste le lieu de la culture (et parfois de la langue) d'où nous écrivons. Notre regard essaie de porter plus loin que les Régions, les États, les continents... ou les galaxies, car nos territoires sont avant tout imaginés.

Vous avez de bonnes griffes, vous aimez la couleur, vous aimez ouvrir votre gueule, vous détestez la censure
...cette page est à vous
Si votre contribution ou réaction est retenue par le "comité éditorial tricéphale" *, à humeur bien tempérée, votre signature (ou pseudo) y figurera. Les réactions  parvenant à l'adresse du site seront toutes publiées.
* à savoir : Régine Mary (Iso), Gilles Knopp (Knoppy) et Jean Kergrist (JK)

Pour un formatage américain à réactivité immédiate, il faudra vous adresser au logiciel Wordpress. Ici on prend le temps des relations humaines et des labyrinthes rigolos des fêtes foraines. On s'en fout totalement du nombre de zamis sur fesse-bouc.

On n'est pas à un jour près, ni à un mois.
On prend le temps, avant d'écrire, de tourner 7 fois la plume dans l'encrier des sentiments. On amène ses crayons de couleur, on s'écoute, o
n se cause et on se contredit courtoisement. Pour vos plaidoyers en faveurs du Front National, du pâté Hénaff, de la Légion étrangère, de l'Institut de Locarn, ou de l'agriculture productiviste, adressez plutôt vos textes à Minute ou à La France Agricole.

Depuis fin février 2014, sur cette page, déjà près de 400 articles (tous en ligne). Pour faciliter leur repérage, ils sont numérotés. Le moteur de recherche interne vous permet de trouver les thèmes abordés ou les personnes citées.

Marquez cette page dans vos onglets de favoris et merci de la signaler à vos amis et proches.
Pour publication ou commentaire, rendez-vous à la page contact du site. Textes et commentaires (sans injures ni diffamation) pas trop longs si possible.
Aucune censure : ils seront publiés intégralement.

292 - LISTE DES ENTOURLOUPES

poignardSi, quand tu vas au supermarché, ta mémoire flanche, t’as intérêt à bien tenir ta liste des courses. Sinon t’oublie le PQ ou le dentifrice. Bientôt les présidentielles. Les étalages des grands partis se garnissent. On trouve de tout en rayon. À regarder les têtes de gondoles qui se bousculent, la place doit être bonne.

Venons-en aux listes des produits référencés. Celle des promesses futures ne devrait pas tarder à tomber. Examinons plutôt celles du passé, plus faciles à répertorier.

Y’avait le discours du Bourget, les belles envolées sociales, concoctées rue de Solférino et commentées point par point dans des meetings qui sentaient si bon la rose. La liste des promesses une fois oubliée dans l’urne, que reste-t-il comme produits frais en rayon ? Pas grand-chose.

Mais la liste des reniements, par contre, continue à s’allonger. Le brave chroniqueur de ce blog pensait pouvoir les répertorier tous en un bel article cousu main. Comme la consigne est de faire court -le brave lecteur a toujours mille autres occupation, dont sa liste des courses journalières- il vient de découvrir qu’un rouleau entier de parchemin médiéval ne suffirait pas à les répertorier tous.

Heureusement, sur Internet, quelqu’un a déjà fait le boulot. Suffit de donner l’adresse de son site ça permettra d’économiser de la place sur ce blog.

En tout 239 promesses non tenues ou bafouées, répertoriées par thèmes. Presque aussi longue que la liste de Schindler (1100 juifs sauvés d’Auschwitz par un industriel allemand de l’armement).

239 fois faits cocus par Hollande ! Fallait oser ! Merci pour ce moment.

JK

291 - MERCI PATRON

Un film de François Ruffin, notre Mikael Moore

Le film n’est distribué que dans une cinquantaine de salles, mais ne le loupez surtout pas s’il croise dans vos eaux territoriales. C’est du marrant de bout en bout. Vous pouvez même amener vos prolos de voisins, ils ne s’emmerderont pas un quart de seconde.

Petit David contre gros Goliath. Goupil, le renard, coinçant la queue du loup Ysengrin dans l’étang gelé. Le Goupil c’est François Ruffin, malin en diable jouant les naïfs, attendri par son idole Bernard, achetant des actions de LVMH pour foutre le bordel à l’AG des actionnaires, se grimant pour piéger Arnault, roi du luxe. Arnault, vous savez ? Celui sur lequel Libé titrait « casse-toi pauvre con ! » lors de sa domiciliation en belgique. Celui qui, après le rachat crapuleux de Boussac –en 1985-, avait fermé boutique en délocalisant sa production textile en Pologne, ne gardant que Dior dans son escarcelle.

François Ruffin, fondateur du journal Fakir, se transforme sous nos yeux en Jérémie Klur, fils de deux licenciés de l’usine Boussac, criblés de dette, au bord de la faillite. Deux ouvriers qui jouent leur propre rôle et qui crèvent l’écran d’humanité joyeuse et gouailleuse.

LesKLUR

la famille Klur, père, mère et fils (le vrai)

Le chantage du « fils » Klur va permettre de piéger un commissaire des RG, envoyé par le groupe Arnault pour les calmer. « On va vous aider à payer vos dettes, mais surtout pas de vague sinon Arnault aura tous les licenciés de ses ex-usines de Valenciennes sur le dos. » Dans la foulée le père Klur obtient un chèque et un CDI à Carrefour. Avoir un CDI, l’Eldorado d’aujourd’hui ! Jamet député « socialiste », grand pote de Fabius et Hollande, par ailleurs membre du comité de direction de LVMH, se trouve impliqué dans le chantage et ne sait plus comment se dépêtrer sans écorner son socialisme de façade.

Pas de leçon. Pas de politologue, ni de sociologue pontifiant à l’écran. Du rire brut. Politique. Celui que préconisait Brecht. Celui de voir un puissant, déphasé du quotidien des gens, s’emmêler les pinceaux puis s’enfuir la queue entre les jambes. Le loup à la fin se retrouve à poil. Sa veulerie éclate au grand jour. Son appétence pour les artistes -avec musée au Bois de Boulogne, construit par Ghéry- apparaît pour ce qu’il est : une entourloupe destinée à se donner un vernis culturel pour camoufler une grosse arnaque économique... On pense aussi au musée Leclerc à Landerneau. Un rire qui ne change pas le monde, mais qui décomplexe.

L’art n’est pas au service des maîtres. Merci à François Ruffin de nous le rappeler.

JK (clown atomique)

 

290 - AROBASE MON AMOUR

Raymond Tomlison, l’inventeur -c'était en 1971- du courriel, vient de se casser l’arobase en début de mois. À bout de souffle. 75 ans au compteur. Même pas la moyenne d’espérance de vie. Voilà où ça mène de vouloir courir trop vite. Comme le trou est toujours au bout, plus tu vas vite, plus vite tu tombes dedans.arobasefeuille

Au jour d’aujourd’hui, 205 milliards de messages sont avalés quotidiennement par les boyaux d’Internet. Avec le haut débit qui rampe dare dare dans les tranchées, à l’assaut des campagnes, on va gagner encore du temps. Sur qui ? Sur le temps, mon neveu ! Cet ennemi final qui vous grignote à petite bouchée de vers de terre et qui n’en a rien à foutre de vous, scotchés à vos Iphones et ordis comme des naufragés de la Méduse à leur radeau. Pas de quoi être médusés.

Même avec un bon anti-spam dans ton carburateur, tu te paies une foultitude d’infos dont tu n’as strictement rien à foutre. Quand un vrai message, d’un vrai copain, franchit la ligne d’arrivée, tu commences par te réjouir d’avoir enfin un courriel un peu personnel. Tu parles ! C’est pour t'annoncer qu’un autre copain vient de calancher.

Entre deux vendeurs de cartouches d’encre à prix cassé, il y a aussi le pourfendeur d'algues vertes, qui, les soirs de pleine lune, joue le prophète de l’envoi groupé en te faisant la morale avec des « sachez que », « tenez-vous le pour dit », « à bon entendeur salut », « je vous l’avais bien dit ».

arobase fesse

Où est donc le temps béni des facteurs ruraux, si serviables et parfois un peu bourrés, vous apportant de vraies lettres, avec de vrais mots qui avaient pris le temps de germer dans les boyaux d’un vrai crâne durant des mois entiers ! Maintenant, si tu ne réponds pas dans la demi-journée à tes sollicitations en ligne, tu fais figure de has been.

J'ai la mémoire qui flanche, et mon disque dur qui sature.

Qui a dit que, pour aller de A à B, le chemin était le plus passionnant, non le but ?

Enfin le printemps ! Avec les primevères, le soleil pointe son nez. Flanons ! Le bonheur est dans le pré. Mignonne allons voir si la rose. JK

 

 

289 - FAISEZ-NOUS CONFIANCE !

Sur un ordre péremptoire du chef, j'obtempère et m'attelle au clavier.

            C'est pas toujours si fastoche que ça, savez-vous, de tenir une rubrique d'articles de chroniqueur bénévole ! J'voudrais bien vous y voir. L'actu donne bien du grain à moudre, mais ensuite... Faut mettre en forme, trouver des tournures, un rythme... Surtout quand le seul et unique feed-back hiérarchique à l'envoi de vos si chers textes ciselés avec amour, c'est du lapidaire, du genre « c en ligne ». Ou des remarques désobligeantes du style : « Envoie des docs finalisés. Chaque modif me prend une demi-plombe pour mise au format. ». Voyez le topo ! Alors que pour un auteur, comme pour un acteur, d'ailleurs, c'est important les encouragements. Voui-voui ! Si-si ! Nous les artistes, nous sommes des petits êtres sensibles et délicats, et sans aller jusqu'à s'abaisser à se prêter aux flatteries de bas flagorneurs, on aimerait bien recevoir un petit compliment, de temps en temps, hein !

            Du coup, après ce pré en bulle, je sais plus du tout de quoi que je voulais causer...

Ah oui ! La confiance ! (heureusement que j'ai mis le titre en haut avant de digresser...)

            Au départ, c'est à propos des nanoparticules, vous savez, celles qui rient quand on les chatouille. ( je me refuse à ce genre de facilité !). Des trucs des billions de fois plus petits que des cheveux coupés en quatre ! Et donc, elles sont partout ! Dans des milliers de produits du quotidien, alimentaires, vestimentaires et cosmétiques, du sel de table au dentifrice en passant par les chaussettes, les zlips (comme ça se prononce...), la peinture et le sparadrap. Et c'est marqué nulle part sur la boîte, ou alors, peut-être en nano-écriture, mais tellement petite... Le hic, c'est que ces machins tout rikikis ne sont pas inertes. Les nanoparticules, on peut pas leur dire « tu fais ci tu fais ça, mais tu restes là, tu bouges pas ! ». Elles comprennent pas ! Elles n'en font qu'à leur tête, celles-ci ! Et quand elles en ont marre, elles se tirent ! (sont-ce des rebelles extirpés du néant qui se retournent contre leur créateur ?) Donc, maintenant, de nos jours même, à l'heure où je vous parle, y'en a plein qui se sont barrées un peu partout. Déjà, celles dans la bouffe et les crèmes de beauté franchissent la barrière cellulaire et se baladent à la découverte de notre corps non-défendant.


  hGOOeVRl 1

 

Ensuite, passant par les eaux usées, les poubelles ou d'autres filières d'évasion, d'autres se retrouvent dehors pour reconquérir leur liberté par vaux et par monticules dans la nature sauvage et belle. Et la nanoparticule est farceuse : une fois libre, comme un poisson dans l'eau, elle s'en va taquiner la reinette et le goujon; ou alors elle fore en sous-sol et gratouille les tubercules de la renoncule ou le radicelle du chêne pédonculé. Et là, bien malin celui qui pourra la capturer ! Voilà où nous en sommes : c'est le règne des homoncules apprentis sorciers qui inondent la Terre de leurs sortilèges... Non pas que je sois complotiste, ne vous méprenez pas, mais ça, les nanoparticules, même les illuminati n'y avaient pas songé !

En fait, on ne sait pas trop qu'est-ce qu'elles fichent une fois libres, mais c'est suffisamment inquiétant pour qu'il y ait plein d'experts non-gauchisants qui commencent à s'inquiéter, depuis une petite dizaine d'années en fait...

            Mais les fabricants de nano-machincules du monde entier et de la France-cocorico (ils sont surtout à Paname et chez les Grenoblots), ils disent tous d'une seule et même voix : « Ta-ta-ta-ta-ta, faisez-nous confiance ! On s'occupe de tout ! Venez pas fourrer votre grosse truffe dans notre bizness ! La science progresse face à l'obscurantisme ! Et pis t'façons, ça crée des z'emplois, alors bon... Laissez-nous jouer avec nos nanoparticules, on s'auto-régule !  »

nanocule

C'est rigolo parce que c'est justement ce même type de discours qu'on retrouve absolument partout-partout-partout au niveau politique et économique : faisez-nous confiance !

Les rejets de métaux lourds dans le parc naturel des Calanques par l'usine d'aluminul, j'ai confiance, et je constate que la compagnie a fait de remarquables efforts en matière de filtration.

Le nouvel aéroport nantais, avec une super tour de contrûle, confiance pareil.

Le gaz et le pétrole de schiste ? Un débat ridicule ! C'est très bien la fracturation hydraulique ! Très propre très sûr. Très confiant !

Les tentacules de la crise agricule ? No problemo, top confiance !

La sûreté du parc nucléaire français ? J'ai une confiance totale et absolue en acier trempé inébranlable dans ces immondes crapules !

Si les grandes compagnies de transport aérien ont été dispensées de réglementations tâtillonnes en matière de pollution atmosphérique, c'est parce qu'elles ont dit : « faisez-nous confiance, on s'auto-régule ! »

Idem les Monsanto et les Bayer, les Procter et les Gamble, les Sodexo et les Vitalia, tout ce petit monde qui s'auto-régule à tour de bras et se publie des satisfecit ne demande en définitive qu'un peu de confiance et un peu de patience puisque tous, je dis bien tous sans exception, travaillent pour le bien commun de l'Humanité ! Pour un futur radieux qui chante à l'unisson, où la faim et la maladie sont absentes, où la vieillesse n'est plus un naufrage, où les enfants naissent pour consommer et se divertir en paix avec Mickey. Tous ces gens grassement rémunérés, sur-diplômés ou bien nés, s'occupent de tout pour offrir le meilleur développement durable à chaque habitant de cette planète.

            Je trouve décidément consternant que le grincheux lambda qui ne connaît rien à rien fasse en permanence preuve d'incivisme notoire en critiquant tous azimuts. Et qu'i faut protéger les animaux, et que non aux navions, et qu'i faut respecter la nature, et que je veux pas de mine de métaux rares dans mon sous-sol, et que gna-gna-gna... Aaaahh, mais c'est sans fin... On n'en finit pus ! On ne peut pas être anti-progressif comme ça, tout le temps ! Passque résultat, si on emmerde trop les industriels avec des règlements à la con, ils délocalisent et si on s'oppose à des grands projets inutiles mais prestigieux, les politiques envoient les flics.

En résumé, soyons confiants ! C'est la seule solution !

Positivons !

Vivent les nanoparticules, vive le roune deup, vive l'alu, vivent les navions et vive l'atome !

Sinon, ce serait même plus la peine qu'on voterait si qu'on n'aurait pas confiance...

Non ?...

Knoppy.

PS : Le lecteur attentif aura noté que l'auteur a déjà, et depuis longtemps, mis en place sa propre réforme de l'orthographe...

COMMENTAIRES

-Pour ce qui est de ton pré en bulle, je vois, mon cher Koppy, que tes nanoparticules esseulées ont besoin de stimulation dans le sens du poêle (car, sinon, le poêle aboit !) Tu serais pas à la recherche d’un petit chef ces temps ? T’as eu un petit coup de fouet aux fesses et tu te plains ? Que veux-tu de plus ? Une médaille ? Un bon point ? Une pelle bien baveuse d'Iso ? Faisez-moi donc con fiance, mon neuveu !

Pour ce qui est des nanoparticules, sans être spécialiste de ces petites bêtes, y’en a peut-être pas que des méchantes. Peut-être en dégages-tu toi-même de très bonnes avec tes dessins si subtils qui ouvrent les rates et détendent les zigomatiques ? L’esprit saint, qui seul aujourd’hui peut encore nous sauver d'une catastrophe qui nous tombe dessus de tous les côtés, procède peut-être par nanoparticules "qui rient quand on les chatouilles" ? Comme un scout lyonnais à son aumonier, sous l'œil attendri du cardinal Barbarin, j’offre ma peau à ces très saintes nano pour qu’elles me pénètrent par où ça fait du bien. Alleluia ! JK (chroniqueur ultrabénévole aléatoire)

-De quoi ?
Nan mèèèèè des nanos dans tout, des nanos partout même dans la religion, ça ne me met pas en confiance moi ...
Comme vous y allez avec ça, vous êtes en train de changer tous nos codes, notre imaginaire, notre orthographe et puis quoi encore ?
Et puis attention, danger, vous troublez nos raisonnements chrétiens avec vos nanos là !
OK JK que tu préfères confier ta peau aux nanoparticules qu'à Monseigneur Barbarin et ses copains c'est ton choix ! Mais suggérer que l'esprit Saint passe par les nanos, là franchement, ça bouscule grave nos poncifs ! Comme tu y vas d'un coup !
Nan mèèèèè franchement, l'annonciation faite à Marie aujourd'hui par nanos, elle aurait l'air de quoi ? L'annonciation je veux dire !
Et pourquoi pas lui proposer un test de grossesse ou pire, à Jésus un test ADN en recherche de paternité tant que vous y êtes ?
Vous allez mettre le feu aux poudres les gars, un ptit conseil, allez-y mollo ! Le monde n'est pas prêt à ça.
En plus, vous ne vous rendez même pas compte, qu'avec toutes vos suggestions vous êtes en train de licencier l'Ange Gabriel là !
Vous l'imaginez sur le marché de l'emploi de nos jours, obligé de remplir un CV et de s'expliquer sur son historique professionnel ?
Le conseiller Pôle Emploi :
Excusez-moi Monsieur je n'ai pas bien compris vos fonctions, vous pouvez m'expliquer ...
Gabriel :
Heu alors, c'est à dire qu'en tant qu'archange voyez, j'étais chargé  le 25 mars, d'annoncer à Marie son nouveau statut de mère du Fils de Dieu, tout en expliquant à son entourage qu'elle était toujours vierge et que sa grossesse durerait 9 mois pour qu'elle accouche précisément à Noël quoi !
 
Pauvre Gabriel et pauvre conseiller Pôle Emploi !
Messieurs, n'imaginez pas réécrire la bible pour faire croire aux croyants crédules que Marie a rendu sa réponse au Bon Dieu par nanos, par mail par SMS par télétransmission ! Ah non, non non non !
Non là Messieurs, fi des nanos, foin des particules, je crains que les dérives des nouvelles technologies ne vous égarent pour oser toucher ainsi au mystère central du culte chrétien. Stoppez là et en tant que progressistes réformistes déclarés laissez nos vieilles croyances intactes et
bousculez pas l'calendrier.
Iso