bandeau.fw

Revue clownesque

O Frevue

photo Manon Thépaut (Ouest-France)

« REVUE CLOWNESQUE »

à l’Étable, Penvern Vras GLOMEL (22)

(à droite, juste à l’entrée du bourg en venant de Rostrenen, suivre les flèches)

tous LES VENDREDIS du 21 juillet au 25 août

21h, entrée libre, pour tous, durée : 1h10

jauge limitée, réservation au 06 81 87 59 82

revueClownesque

photo Roselyne Veissid (Télégramme)

Coup d’œil dans le rétro. Avant liquidation, Jean Kergrist vous invite à une visite guidée de son musée clownesque.

Dans une ancienne étable, quelques accessoires racontent une trentaine de spectacles : La carriole du clown atomique. La mairie annexe de Plogoff. Le casque antenne de la Fièvre Acheteuse. Le plan de développement du Clown Agricole. Le téléphone portable du Missionnaire. Les béquilles du Clown Cocogéma. Le squelette du clown Docteur Chef. Le groin de la Gavotte du cochon. Le castelet et les marionnettes d’Oussama Ben La Poule. La croix et la directrice ANPE du Clown Chomdu. Le trépied ensorcelé du Grand bal à Saint Lubin. Le pépé concierge du Bagne de Glomel. La tête de cochon du Côtre d’Armorc’h. La pièce montée en escargots du Pape Voyage. Le vélo rétro des manifs… Un pot pourri de 50 ans de rire avec extraits choisis sont au programme de cette grande revue clownesque.

Ce spectacle ne sera visible qu’à Glomel (pas de tournées possibles... trop de matériel !). Petit cadeau offert à la sortie.

 

Voyage en Kergristitan

"Tu m’es apparu à la fois comme le fureteur fragile de ta mémoire et comme Sisyphe poussant son rocher, un titan humain, trop humain.
J’ai aimé les anecdotes de l’enfance, la belle présence de ton père, le combat du bien et du mal présent dans les premières histoires jouées sur scène, les chansons fredonnées…
Cet incroyable bric à brac qui ne peut s’illuminer que si tu nous en parles. Tu n’insistes pas, les objets comme autant de petits cailloux blancs, s’éclairent dans tes mains, puis retrouvent l’ombre de l’étable: nous sommes comme les enfants qui attendent les aventures de Guignol, comme Pridamant et Dorante dans la grotte d’Alcandre au début de L’illusion comique.
Ce voyage a lieu aussi dans notre mémoire: nos chemins se sont souvent croisés et décroisés. Et l’on se dit, comme Derrida, « Et cette vie aura passé...» mais si la nostalgie est là, elle sait se faire discrète et souriante. Elle pétille comme le cidre que tu nous offres à la fin du voyage." Annie Lucas (théâtre de Folle Pensée)
 
L'écho et les photos de Patrice Verdure dans le Cri de l'ormeau
 
 fin2
Photo Suzanne Hamon
 

O F24 07 17

JeanKergristLePoher

revueTelegr. 1

O F14juillet17

 

teleg16 07 17